la rentrée littéraire 2018 : ma sélection.


Non classé, vie de lecteur / Monday, August 20th, 2018

Bonjour à tous !

Cette semaine nous allons parler de la rentrée littéraire 2018, et surtout des livres que j’ai très envie de lire (oups le porte monnaie va chauffer.)

La rentrée littéraire tout d’abord, qu’est ce que c’est ? c’est “La rentrée littéraire est une expression qui désigne une période commerciale concentrant un grand nombre de parutions de nouveaux livres (tous genres confondus) et qui a lieu chaque année entre fin août et début novembre.”

Petit détail, c’est la rentrée littéraire la plus riche en nouveautés depuis 2007 selon France info.

Dans cet article nous parlerons donc de 6 livres de la rentrée littéraire de 2018 au travers des maisons d’éditions Stock, mais également Belfond, Fayard et Casterman. Je vais également vous parler de littérature de l’imaginaire, mais probablement dans un article distinct. Nous allons procéder par maison d’édition pour cet article, ne soyez pas étonnés j’ai principalement sélectionné du contemporain.

Editions Stock

j’ai sélectionné 2 romans, touts deux sortent le 22 Août.

Commençons par Confession d’une cleptomane par Florence Noiville, dont voici le résumé :

“En apparence, Valentine de Lestrange est une
vieille dame tout à fait « comme il faut ». Une femme
d’un certain âge, distinguée, fortunée, épouse de
ministre qui plus est. Mais d’un ministre très absent.
Si bien que, dans la vie quotidienne, Valentine, qui est
seule et qui s’ennuie, s’adonne, pour tromper ce vide,
à un sport épatant : la cleptomanie.
Frisson de l’interdit, griserie de la transgression :
rien de tel que ces shoots d’adrénaline pour la mettre
de bonne humeur. Pour Valentine, chaque « clept »
est un jeu. Un défi qu’elle se lance : une journée sans
« clept » est une journée ratée. Jusqu’au jour où, presque
sans le vouloir, elle va voler « l’objet de trop ». Tomber
sur un document qu’elle n’aurait jamais dû voir. Et qui
va changer le cours de son destin.”

L’auteure n’en est pas à son premier roman : elle en a déjà publié 4. Si l’un est une biographie, les trois autres traitaient déjà de troubles mentaux. Ici l’auteure nous présente Valentine, une femme bien comme il faut, mais qui s’ennuie. Alors elle vole des objets, comme un défi. Mais un jour elle tombe sur un document qui va l’embarquer dans une histoire qui la dépasse.

Passons ensuite à Rachel Kushner et son roman : Le Mars Club.

“Romy Hall, 29 ans, ancienne strip-teaseuse au
Mars Club, vient d’être transférée à la prison pour
femmes de Stanville, en Californie. Elle doit y purger
deux peines de réclusion criminelle à perpétuité
plus six ans pour avoir tué l’homme qui la harcelait.
Confrontée à la perspective de cette vie qui n’en est
plus une, Romy n’a qu’une consolation : savoir que sa
mère s’occupe de Jackson, son fils de sept ans, qu’elle
élevait seule avant le drame. Quand Romy apprend
que sa mère vient de décéder dans un accident de
voiture, et qu’elle-même a été déchue de ses droits
parentaux, elle doit agir.”

Dans ce roman l’auteure américaine décrit la violence de San Fransisco, au travers d’un personnage féminin dit “magnifique”, Romy. Pourrait-on s’attendre à une Amie prodigieuse version américaine ?

Belfond

Parlons maintenant des éditions Belond, j’ai sélectionné un livre : Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta dont voici le résumé :

1968. Le Nigeria et la jeune république du Biafra se déchirent, les conflits interethniques sont chaque jour plus meurtriers, la population sombre peu à peu dans le désespoir.
Au cœur de cet océan de violence, la jeune Ijeoma tombe amoureuse d’Amina.
La relation des deux adolescentes est rapidement découverte et tous, mères, pères, voisins, amis, se chargent de leur rappeler qu’aux yeux de Dieu et de la loi, leur amour est criminel.

Pour Ijeoma, un choix se dessine alors : se cacher et suivre ses désirs ; ou s’oublier et jouer le rôle que la société lui impose.
Une existence prisonnière du mensonge, est-ce la seule issue qui s’offre à Ijeoma ?

J’ai eu l’occasion de lire un extrait de ce roman; l’écriture est simple et franche, avec néanmoins une touche de poésie dans les descriptions. J’espère lire une belle histoire d’amour hors norme, et découvrir des conflits et territoires dont je n’avais aucune connaissance jusqu’alors.

Ce livre sort le 23 août et sera disponible au prix de 22 euros, pour 384 pages.

Fayard

Poursuivons avec Fayard, seulement des romans étrangers.

Pour commencer j’ai jeté mon dévolu sur Comme un seul homme de Daniel Magariel, dont voici le résumé :

Le combat fut âpre. Mais, ensemble, le narrateur, un garçon de
douze ans, son frère aîné et leur père ont gagné la guerre – c’est
ainsi que le père désigne la procédure de divorce et la lutte féroce pour
la garde de ses fils. Ensemble, ils prennent la route, quittant le Kansas
pour Albuquerque, et un nouveau départ. Unis, libres, conquérants,
ils filent vers leur terre promise, le Nouveau-Mexique, et dessinent
les contours de leur vie à trois.
Les garçons vont à l’école, jouent dans l’équipe de basket, se font des
amis, tandis que leur père vaque à ses affaires dans leur appartement
de la banlieue d’Albuquerque. Et fume, de plus en plus – des cigares
bon marché, pour couvrir d’autres odeurs. Bientôt, ce sont les nuits
sans sommeil, les apparitions spectrales d’un père brumeux, les visites
nocturnes de types louches. Les deux frères observent la métamorphose
de leur père, au comportement chaque jour plus erratique et
violent. Livrés à eux-mêmes, ils n’ont d’autre choix que d’endosser de
lourdes responsabilités pour contrer la défection de leurs parents et de
faire front face à ce père autrefois adulé, désormais méconnaissable et
terriblement dangereux.

Je pense me jeter sur ce livre dès sa sortie, l’extrait que j’ai pu lire m’a séduite. L’écriture est simple, saccadée et intense, comme pour mieux accompagner le propos de l’auteur. Visiblement ce livre a su séduire la critique, j’espère qu’il en sera de même avec moi.

Ce livre fait 190 pages et sera disponible le 22 août pour environ 19 euros.

Poursuivons avec Un Gentleman à Moscou de Amor Towles. Une fois encore le résumé a attiré mon attention :

Au début des années 1920, le comte Alexandre Illitch Rostov,
aristocrate impénitent aux manières aussi désuètes qu’irrésistibles,
est condamné par un tribunal bolchévique à vivre en résidence
surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou, où le comte a ses
habitudes, à quelques encablures du Kremlin. Acceptant joyeusement
son sort, le sémillant comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés,
restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le
personnel de sa prison dorée – officiant bientôt comme serveur au
prestigieux restaurant Boyarski –, des diplomates étrangers de passage
– dont le comte sait obtenir les confidences à force de charme, d’esprit,
et de vodka –, une belle actrice inaccessible – ou presque –, et côtoie les
nouveaux maîtres de la Russie soviétique. Mais, plus que toute autre,
c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse
le cours de sa vie bien réglée au Metropol

Je m’attends ici à un récit romanesque, luxueux, dans une ambiance feutrée, avec un petit air de Gatsby le magnifique, qui sait ? Contrairement au roman précédent, l’écriture ici est plus traditionnelle, le style est agréable, voici une autre lecture sur laquelle je compte me jeter. Ce livre a déjà été un succès énorme en V.O. avec plus d’un million de copies vendues, et c’est l’un des livres préférés de Barack Obama pour l’année 2017 !

Ce livre fait 580 pages, vous le trouverez en librairie à partir du 22 Août aux alentours de 23 euros.

Calmann- Lévy

Passons maintenant aux éditions Calman-Lévy, j’ai sélectionné un livre qui me fait particulièrement envie : Cette maison est la tienne, de Fatima Farheen Mirza. En voici le résumé :

Avant-hier soir, elle n’avait encore jamais  entendu parler de ces taches qui s’amoncellent  comme la poussière sur le coeur.  Et si ne pas porter le foulard valait une tache,  est-ce qu’une nouvelle se formerait chaque fois  qu’elle déciderait de rester tête nue ?
Hadia, Huda et leur petit frère Amar ont grandi  sous le même toit californien, tiraillés entre rêve américain  et traditions chiites de leurs parents nés en Inde.
Le mariage d’Hadia est l’occasion pour les deux soeurs  de revoir Amar, disparu depuis trois ans. Grâce à l’exploration  de leurs souvenirs d’enfance, parfois tendres, souvent  douloureux, se dessine une fresque familiale bouleversante  où chaque enfant se joue des interdits pour tenter de grandir  librement dans son corps, et dans son coeur.
……………………………………………………………………………………………………………………
Voilà pour cet article concernant la rentrée littéraire, j’espère qu’il vous donnera des idées de lectures, pour ma part je cours pré commander Un gentleman à Moscou, et Le mars club ! Et vous quel livre vous fait envie pour cette rentrée littéraire ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *