Fred Vargas : temps glaciaires, le roman policier aux personnages attachants.


chroniques, polar / Sunday, May 6th, 2018

La chronique de cette semaine porte sur un roman de la très prolifique Fred Vargas, il s’agit de temps glaciaires, un roman policier ayant pour héros adamsberg et danglard des personnages récurrents dans l’œuvre de Vargas.

Le livre :

  • Disponible en poche : 8,20 euros
  • 475 pages
  • Editions j’ai lu
  • A acheter ici 

Extrait :

“Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ?”.

Résumé :

Il est plutôt compliqué de résumer un roman policier sans spoiler. Je me contenterai donc de vous dire que le commissaire Adamsberg et son équipe vont enquêter sur des suicides qui n’en sont sans doute pas vraiment. Cette enquête les baladera des Yvelines jusqu’en Islande, en passant par un club robespierriste. Sur leur chemin ils déterreront des secrets de famille et mettront parfois en péril la belle entente qui règne au sein du commissariat.

Mon avis :

J’ai découvert Fred Vargas et sa plume au travers de ce roman et j’ai aimé. J’ai aimé et j’ai surtout eu envie d’en découvrir plus. Cet effet n’est pas du au suspense haletant de l’histoire. En effet, on a un peu de suspense, maîtrisé, et des retournements de situations inattendus et bien ficelés. Si le meurtrier est assez difficile à deviner, certains autres aspects du livre paraissent évidents. Ce n’est pas une enquête policière hyper originale ou novatrice mais elle est efficace et agréable à lire. Le style de l’auteur est fluide agréable et très précis. Un détail explicite une scène ou une relation, les informations, qu’elles soient à propos des personnages ou de l’enquête, sont distillées avec finesse. Cela rend la lecture vraiment agréable. On cherche le meurtrier en même temps que le commissaire, on guette le moindre indice et on se fait balader par l’auteur tout au long de l’histoire.

Si ce roman n’est pour moi pas un « page-turner » il se lit néanmoins très vite et facilement et ce n’est pas le genre de lecture que l’on abandonne.

Vous l’aurez compris c’est un bon roman policer, efficace, mais pour moi sa vraie force réside dans ses personnages

En effet, ce sont les personnages qui m’ont donné envie de découvrir d’autres romans de l’auteur, puisque certains sont récurrents dans ses romans. Ils sont extrêmement bien construits, tout en finesse. Ils sont loin des clichés des policiers, chacun avec leur personnalités propres (et souvent peu communes). Leur vécu, leur passé transpire entre les pages et leur donne d’autant plus d’épaisseur et de réalisme.

L’auteur réussit même le tour de force de transmettre des émotions au travers de petits détails qui peuvent sembler insignifiants mais rendent les personnages réels et très attachants. Par exemple notre personnage principal le commissaire Adamsberg fume. Mais il n’aime fumer que les cigarettes qu’il vole à son fils et fourre dans sa poche par la suite. Ce genre de détails (et ils sont nombreux) rend la lecture vraiment plaisante.

Cette belle construction des personnages ne se cantonne pas aux personnages principaux : nos protagonistes secondaires sont tout aussi intéressants et uniques, tout aussi réels. Pour finir tous sont faillibles et cela les rend d’autant plus réels et attachants.

Ce livre vous en apprendra également beaucoup sur Robespierre. Cet aspect est pour moi vraiment agréable, on apprend des choses sans pour autant lire un livre historique lourd et théorique. Cependant certains passages étaient pour moi superflus et ralentissaient le roman, notamment les discours de Robespierre.

 

Je compte donc continuer ma découverte de Fred Vargas.

Avez-vous des romans d’elle à me conseiller ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *